Syrie : l’intervention de l’ONU est inévitable

aeroportCette fois, c’en est trop. Trop pour l’ONU qui vient de demander à ses 5 membres du Conseil de Sécurité restreint une réunion en urgence au siège de l’institution à New York. Bachar al-Assad vient de commettre l’irréparable. Vers 10h (GMT), le dictateur a littéralement rasé une ville entière située hors de ses frontières. De quelle façon ? En essaimant des centaines de bombes au C4 dans des points stratégiques de la ville de Los Santos dans le but de faire le plus de dégâts et de victimes possibles. Certaines bombes ont même été fixées dans des avions civils en partance de l’aéroport international de Los Santos. Des centaines de milliers de victimes sont à déplorer.

Un rescapé, Franklin Clinton raconte : « J’étais occupé à dévaliser une boutique avec mon pote Lamar lorsque tout a pété. Je n’ai rien vu venir, les fenêtres ont implosé, des éclats de verre ont volé dans tous les sens ».

La base militaire toute proche n’a rien pu faire malgré ses avions de chasse, ses blindés et ses soldats. La seule chose qu’ils peuvent maintenant faire, c’est rechercher des survivants et déblayer les gravats. Trevor Philips, un habitant qui était hors de la ville au moment des explosions raconte sa version des faits « J’étais avec ma maman, nous avions une discussion charmante et respectueuse lorsque ça s’est passé. Putain ! Dire que j’ai loupé le feu d’artifice… »

Michael De Santa était lui-même dans sa propriété d’un quartier huppé de la ville, Vinewood, finalement assez peu touché par la catastrophe en comparaison avec le centre. Il nous explique lui aussi comment il a vécu cette terrible journée : « Nous étions ma femme et moi en pleine séance de yoga lorsque les explosions ont retenti. Le bruit était tellement insupportable que j’ai cru que c’était mon fils, Jimmy, qui jouait sur sa console avec son nouveau home cinéma son dolby digital surround 5.1. Ma femme qui était en pleine position de « l’étoile de mer douloureuse » avec notre yogi Fabien Lerouche s’en est tirée avec une contracture du fessier. C’était atroce à voir. Les victimes, dont ma femme, vont maintenant devoir entamer un processus de reconstruction. J’ai d’ailleurs demandé à mon thérapeute de nous prodiguer une séance prochainement. »

Après cette attaque, l’intervention militaire internationale en Syrie n’est désormais plus une option, mais inévitable. Il se murmure dans les couloirs de l’ONU que la réunion du conseil de sécurité n’est d’ailleurs qu’une séance de discussion des modalités, notamment sur le fait de la pertinence d’une invasion terrestre.

Par ailleurs, le Président Obama a tenu à affirmer son soutien plein et entier à la ville de Los Santos et a ajouté en aparté que Bachar al-Assad était, je cite, « un putain de bon joueur à GTA V ».

par Léo Brejnef

Image : Flickr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s